L’histoire du Cercle Laïque Dijonnais

Une Association Centenaire

Le Cercle Laïque Dijonnais est né le 15 octobre 1903 du regroupement des membres des Amicales laïques de plusieurs écoles dijonnaises. Le Cercle est créé avec le souci de préserver « dignité propre, respect des personnes et des idées, sincérité extérieure et intérieure, droit à tout homme d’un minimum de vie vraiment humaine, solidarité qui se prouve en se réalisant ». Des personnes de toutes professions se joindront rapidement aux fondateurs du Cercle qui recevra le soutien de nombreuses personnalités. Le 10 décembre, l’association est déclarée à la préfecture (Journal Officiel du 19 décembre).

A partir de 1904, de nombreuses activités sont mises en place et se développent rapidement : conférences, bibliothèque, soirées récréatives, pratiques sportives, etc.. Toutes ces activités se déroulant en divers lieux, rapidement on songe à acquérir des locaux. L’acte d’achat de la propriété du 5 de la rue des fleurs est signé le 20 février 1909. Le Cercle possède alors une maison aménagée comprenant salle des fêtes, salle de jeux, salle de lecture, vestiaire, etc..

En 1909, sont organisés au siège du Cercle des cours de comptabilité, d’anglais et de français. Les premières séances de cinématographe rencontrent un vif succès. An 1912 l’équipe cycliste du Cercle gagne le Grand Prix Wolber. En 1913, les sections sportives deviennent autonomes et forment le « Cercle Sportif Laïque Dijonnais », mais gardent le même président et siège social.

qui a traversé les 2 Guerres Mondiales

En 1914, le Cercle se met au service de la population et est déclaré « oeuvre de guerre ». Soixante membres du Cercle resteront sur les champs de bataille. Après la guerre, la vie du Cercle reprend et il est déclaré d’utilité publique par un décret le 10 novembre 1923.

La section théâtrale obtient de brillant succès dans la salle du Cercle qui sera rénovée en 1933. En juin 1940, les locaux du Cercle sont occupés par les Allemands. En 1942, le gouvernement de Vichy dissous l’association et met ses biens sous séquestre. Le matin du 11 septembre 1944, jour de libération de Dijon, un militant du Cercle hisse place Darcy, sur le socle de la statue de Rude (fondue par les Allemands), le trophée « La liberté éclairant le monde » (la statue de la liberté), ceint d’un ruban tricolore, pour accueillir les maquisards et les troupes françaises qui entrent dans le ville.

Après la libération, les activités reprennent, la salle de Spectacle est fréquemment mise à la disposition d’autres associations.

et poursuit son Aventure

Le Cercle Laïque Dijonnais, depuis sa création, a toujours organisé des patronages (centres de loisirs) et des colos (séjours de vacances), les lieux ont été divers et variés : Crépey, Fleurey sur Ouche, la ferme d’Aulot, Plombières les Dijon, la Ferme Creuse, Corcelles les Monts.
L’école de danse de 1950 à 2000 a accueilli des milliers de personnes. C’était un espace de création artistique, d’apprentissage de la vie collective, d’exigence.
Le ciné-école dans les mêmes années, a accueilli toutes les écoles dijonnaises : projection de films, apprentissage du décryptage du message, développement de l’esprit critique.
De 1998 à 2001, le Cercle organise l’opération « Sport Campus » (accueil d’adolescents et de jeunes adultes dans la pratique d’activités physiques et sportives) à la demande de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports. Cette action était inscrite dans le contrat de Ville.
En 2001, le Cercle Laïque Dijonnais est la structure juridique et financière qui organise la première édition du Grand Dej à la demande de la CPCA.

jusqu’à Aujourd’hui

Le Cercle compte près de 800 adhérents répartis dans une vingtaine d’activités, organise chaque année des séjours de vacances, anime des actions autour de l’environnement, propose des moments conviviaux et des espaces de réflexion autour de ses valeurs fondatrices (laïcité, citoyenneté, vivre ensemble) le tout encadré par des personnes bien motivées. Sans oublier bien sûr la vingtaine d’administrateurs et l’équipe permanente qui veillent au bon fonctionnement du tout.

vers une Nouvelle Jeunesse

En 2016, la Nature revient au Cercle Laïque Dijonnais. Tout près de Dijon, à Corcelles-les-Monts, la base de loisirs du Cercle Laïque Dijonnais entame sa métamorphose… un projet ambitieux, original et innovant, alliant l’aménagement participatif du site selon les principes du développement durable et une offre d’activités nature pour tous les publics.