Réflexion introductive à la conférence-débat 06 octobre 2016 à 18 heures (Canopé)
Les rythmes de vie des enfants – François Testu
François TESTU est :
. Professeur Emérite en psychologie – Université François Rabelais de Tours,
. Membre expert du Comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires,
. Président de l’ORTEJ (Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes).
Les rythmes de vie des enfants, et plus particulièrement les rythmes scolaires, constituent un thème de débat récurrent entre les enseignants, les responsables associatifs, les parents, les chercheurs en médecine et en psychologie et parfois les décideurs institutionnels. Leur approche a souvent été plus subjective que scientifique. C’est d’autant plus regrettable que, dans une société en pleine évolution comme la nôtre, de nouveaux aménagements des temps scolaires, mais également périscolaires et extrascolaires s’imposent. Cette refonte des aménagements des temps de vie des jeunes constitue une véritable question de société.
En matière d’aménagement du temps scolaire il n’existe pas de solution idéale, il s’agit seulement de trouver le moins mauvais des compromis entre le respect d’un développement harmonieux des élèves, le respect de leur santé, de leurs rythmes de vie et la réponse aux besoins des adultes. Ce disant, les deux axes de la réforme des rythmes à l’école primaire sont précisés :
1) Le respect des rythmes et du développement de l’enfant conduisant à une meilleure réussite scolaire,
2) La reconnaissance et l’organisation de la complémentarité éducative.
Pour respecter le premier axe, les connaissances chronobiologiques et chronopsychologiques de l’enfant nous semblent indispensables pour mettre en place des aménagements plus adaptés à l’enfant et à ses rythmes.
Par ailleurs de précieux enseignements peuvent être tirés des recherches évaluatives de terrain.
Alors comment réussir les nouveaux aménagements français ?
En respectant les rythmes journaliers de l’enfant.
En proposant des petites vacances scolaires de deux semaines, notamment à la Toussaint… Il a fallu attendre 2001 pour que l’on décide un allongement de la pause de la Toussaint, période de l’année où nous sommes les plus vénérables physiquement et psychologiquement.
En respectant le sommeil de l’enfant. Il est primordial que les parents comme les enseignants, interviennent pour que les enfants dorment leur compte.
En allégeant le temps scolaire journalier, notamment pour les plus jeunes… Quel que soit l’aménagement du temps scolaire choisi, celui-ci doit obligatoirement être accompagné d’activités péri et extrascolaires.
En précisant quelle est la part respective des enseignants, des parents, des responsables des mouvements associatifs dans l’éducation des enfants, des pré-adolescents et des adolescents. La politique du réaménagement du temps scolaire non seulement ne peut être conçue sans remodelage de l’espace, des lieux de vie, mais en plus, elle nous impose une réflexion sur l’école, sur ses objectifs et sur le rôle des différents partenaires concernés par l’Education. Nous devons nous pencher sur la répartition des responsabilités éducatives de ceux qui, en différents lieux, côtoient, accompagnent, vivent avec les enfants, les pré-adolescents et les adolescents.